À propos

L’auteur

[Critique Reporter] Argo : Go to suspens…

Je blague souvent dans ces lignes sur les « missions » que me donne mon « patron » pour le blog. Mais quand arrivé à la projection d’Argo de Ben Affleck, juste à temps d’ailleurs, on m’a remis une enveloppe scellée et marquée confidentiel, le terme m’a semblé parfait.

Donc me voilà devant le nouveau film de Ben Affleck, acteur dont j’ai dit beaucoup de mal. J’ai vu Dardevil en salle, j’ai donc mes raisons. Mais depuis quelques années et son passage de l’autre côté de la caméra, il n’a cessé de me surprendre en bien. Son avant-dernier film The Town était une vraie réussite à tous les points de vue. Alors, coup de chance ou vrai virage réussi ? A la vision de Argo, c’est bel et bien un virage réussi.

Argo se déroule en 1979, à la prise du pouvoir de Khomeini en Iran. Dans une haine anti-américaine, ses partisans envahissent l’ambassade américaine et prennent le personnel en otage. Six membres de ce personnel réussissent à s’évader et se réfugie dans l’ambassade canadienne. Plus le temps passe, plus il s’avère impossible de les faire sortir officiellement sans aggraver la tension entre les deux pays. Un agent de la CIA propose alors un plan original pour les « extraire ».

Sur fond de crise géo-politique majeur, Ben Affleck livre un film de suspens d’une rare efficacité. Dans une reconstitution visuelle bluffante, le sort de ses personnages attachants nous inquiète tout au long du film. Le film alterne humour, suspens et émotion avec une grande fluidité. Et si Ben Affleck est excellent dans son rôle d’agent de la CIA, il est très bien entouré par, entre autre, Bryan Cranston et John Goodman.

Une mention toute particulière à cette première scène de foule en colère qui envahit l’ambassade américaine particulièrement bien faite. La peur viscérale qui se dégage nous quittera pratiquement pas du film.

Cela faisait longtemps que le stress ne m’avait pas saisi de cette manière dans une salle de cinéma. Qu’un film soit basé sur une histoire vraie me rend méfiant en général, mais le scénariste a su en tirer une vraie dynamique que Ben Affleck a bien retranscris à l’image. Finalement, mêler politique réelle et intrigue rappelle les films de Robert Redford que ce soit « Les hommes du Président » ou « Lions et Agneaux », décrivant sans stigmatiser. Et Affleck n’a pas à rougir du modèle.

Bref, foncez c’est une réussite et si vous n’aimez pas, comme dirait l’un des personnage du film « Argo f*** your self ! »

Argo, de et avec Ben Affleck, avec John Goodman et Bryan Cranston. Sortie le 7 novembre 2012.

Laurent

Tags: , , ,

Pas encore de commentaire...

Laisser un commentaire