À propos

L’auteur

[Critique Reporter] Kill the Gringo : Se prendre un Direct (to DVD) de Mel Gibson

On était sans nouvelles de Mel Gibson depuis quelques temps. Pas de promo intempestives, pas plus que de nouveaux cartons au box office. Mel était-il à la retraite ? Non, le héros de L’Arme Fatale est juste devenu très compliqué à gérer. Mélangeant problèmes personnels et dérapages en interview et ne faisant plus autant recettes qu’avant, il est à mon avis fui par les grands projets, ne lui laissant le choix pour tourner que de s’auto produire.

Toutes ses réflexions me sont venues à l’esprit au moment ou, en sirotant un café sans sucre, je reçois la mission d’aller découvrir Kill The Gringo, le dernier Mel Gibson. Traversant Paris je résiste à lire trop d’informations sur le film, voulant me laisser la surprise et le bénéfice du doute à l’acteur décrié.

Nous sommes accueillis par un buffet mexicain et de la Corona. Vous ai-je déjà dit combien j’aime être en mission pour le blog et son patron Yohann ? Devisant avec quelques blogueurs cinés, nous entrons enfin en salle. La projection se fera en français au grand étonnement de la salle. Heureusement Jack Frantz, le doubleur de Mel Gibson est un plaisir à écouter. Je n’en dirais pas tant des doubleurs à l’accent mexicain sortis d’une mauvaise pub pour des fajitas.

Le film raconte l’histoire de Mel Gibson (sans nom défini dans le film, façon Drive) qui, ayant volé beaucoup d’argent à un autre malfrat, s’échappe en traversant la frontière américo-mexicaine. Arrêté par la police mexicaine, il va devoir survivre dans une prison aidé par un gamin de 9 ans.

Le scénario est celui d’un film de gangsters classique avec ses flics corrompus et ses caïds mégalomanes et même sa romance. Mais classique n’est pas forcément ennuyeux quand cela est mené avec intelligence, et bien porté par un Mel Gibson en forme et assumant son âge faisant moins de cascades (trop vieux pour ses conneries Mel ?) et usant de son intelligence. L’ensemble est extrêmement plaisant quand on aime ce « genre ».

Une réalisation soignée et une belle photographie nous font vraiment demander le pourquoi de ce “direct to dvd” quand des bouses (gauloises ou pas) éclaboussent nos écrans de cinéma.

Finalement, Mel n’est jamais aussi bon que quand il ne se prend pas au sérieux et fais ressortir son côté “dur à cuire” et sa présence dans l’attendu Machette 2 augure du bon.

Dans l’attente, si votre chemin croise ce Blu-Ray ou ce DVD qui sortira le 16 octobre, allez y, ça vous fera un rab de soleil en cette période grise…

Tags: ,

Pas encore de commentaire...

Laisser un commentaire