À propos

L’auteur

Retour sur le ShoWeb par CityStars

Il y a 15 jours de cela, j’assistais grâce à notre ami Yohann à un évènement nouveau en son genre : la conférence ShoWeb. Ce nouveau rendez-vous, qui devrait s’annualiser, a pour but de rapprocher les distributeurs avec un « nouveau » média : les blogs. En effet, nos chers amis bloggeurs n’ont pas les accès de journalistes ciné, bien qu’ils disposent pour certains d’un public assez étendu. Le Film Français a donc pris l’initiative de mettre sur pied cette rencontre entre les distributeurs et les acteurs du web.

C’est sur les Champs Élysées, au cinéma Publicis, que je me suis pressé. À l’entrée, on nous annonce tout de suite la couleur : il faut laisser son portable ! N’ayant ni feuilles ni stylo pour prendre des notes, j’ai sournoisement caché mon iPhone, et j’ai mis la luminosité au minimum dans la salle. Sans ma fourberie, il m’aurait en effet fallu tout écrire avec mes vagues souvenirs.

Une fois installé dans la salle, et après une petite présentation de l’event, les studios se relaient pour nous présenter les sorties à venir. Certains jouent la transparence, d’autres imposent un embargo. Voici donc les films dont j’ai le droit de vous parler, par ordre de studios.

Studio Canal

C’est Studio Canal qui ouvre le bal avec un medley de bandes annonces déjà disponibles pour la plupart sur le net, et nous présentant successivement des films dont la sortie est imminente : La Taupe, le biopic Cloclo ou encore Dos au mur.

Il faut attendre Broken City pour être enfin alléché. En effet, prévu pour la fin d’année, ce thriller politique affiche un sacré casting : Mark Wahlberg, Russell Crowe, Catherine Zeta-Jones, et Barry Pepper.

Mais surtout, la surprise et l’envie viennent de Moonrise Kingdom, un film déjanté, se déroulant dans un camp de scouts pendant les année 60. Au départ, on se demande ce que peut bien être cet ovni au look vintage, puis on voit défiler à l’écran des personnes comme Edward Norton en chef de meute, Bruce Willis en shériff, et Bill Murray en père alcoolique. Et là, ça commence à faire mouche ! (NDLR : Et c’est réalisé par Wes Anderson !)

Pathé

Même technique qu’auparavant, on nous présente à tour de rôle les films : La dame de fer, Oncle Charles, Nos plus belles vacances, Le prénom (qui apparaît comme une copie du film Carnage) et Sea no sex and sun (avec Fred Testot).

Vient ensuite l’attendu Twixt, film d’épouvante signé Francis Ford Coppola. Là encore, vous avez pu voir la bande annonce, et pour ma part, je ne suis pas fan de l’aspect visuel du film.

Le studio termine alors en diffusant des images du Marsupilami, produit par Alain Chabat, avec Jamel Debbouze. On retrouve le duo de Astérix et Obélix Mission Cléopâtre, et on a donc forcément peur que ça vire à un remake forestier. Toutefois, le Marsupilami est là, et nos souvenirs d’enfances nous donnent donc forcément un peu envie.

Cliquez sur l’image pour voir la bande annonce.

Diaphana distribution

Si ce petit studio ne vous dit rien, c’est à lui que l’on doit par exemple, la distribution de Persepolis. Pas de gros blockbuster donc à priori, mais une autre vision du cinéma.

Et on commence donc avec Une bouteille à la mer, qui nous narre l’amitié qui va naître entre un palestinien, et une française en Israël, sur fond de bombardement à Gaza. Le sujet peut sembler facile, mais l’ensemble semble intelligent et bien monté.

S’ensuivent Royal Picnic, L’enfant d’en haut (avec Léa Seydoux), 38 témoins dans lequel Yvan Attal interprète un homme seul contre tous, qui pourrait pourtant être l’unique à dire la vérité.

Et on clôture sur un succès canadien, Starbuck : L’histoire d’un quarantenaire un peu loser qui, dans son jeune temps, avait pour habitude d’aller se faire un peu de fric en vendant SOUVENT son sperme à une banque de fertilité. Et aujourd’hui surprise, on lui annonce que 142 des 533 enfants dont il serait le géniteur veulent connaitre son identité…

Gaumont

Gaumont prend brièvement la scène pour un coup de buzz : des images « sorties à l’instant du studio de montage » du film Les Kailleras (sortie le 27 Juin 2012).
Basé sur la mini série Kaillera Shopping, on retrouve nos trois racailles qui décident de se lancer dans le porno. Oui mais voilà, ce n’est pas aussi facile qu’ils ne le pensaient. On note la performance hilarante de François Damien, dans le rôle du patron de studio, bien beauf et sale, qui n’est pas sans rappeler celui de Claudy Faucan dans Dikkenek.

Autre cadeau de dernière minute, un bêtisier de Mais qui a retué Pamela Rose ? où l’on retrouve nos deux agents… spéciaux ! Après un premier opus très réussi, on attend donc beaucoup de cette suite.

Universal

Pour nous rappeler que ce studio n’est pas n’importe lequel, on commence par nous diffuser un spot relatant les 100 ans de succès de la maison. Rien à redire, on y retrouve des chefs d’oeuvres, des acteurs mythiques.. Ça fait son petit effet.

Puis, on reprend le mode opératoire établi, avec la présentation successive de plusieurs films, sur lesquels ont nous annonce de suite qu’il n’y a pas d’embargo.
Sécurité rapprochée s’annonce comme reprenant tous les classiques du genre : Denzel Washington est un espion qui a lâché la CIA. Il se fait arrêter et évidemment, alors qu’il est en interrogatoire, des méchants viennent pour le descendre. Il semblerait qu’il y ait une taupe au sein de la CIA, et c’est donc le jeune agent inexpérimenté, Ryan Reynolds, qui se retrouve obligé de l’extraire et de le protéger à travers la vile. Cette bande annonce m’a un peu rappelé le scénario de 16 blocks.

Battleship marque l’entrée de Rihanna dans le cinéma, et visiblement pas par le plus grand chef d’oeuvre de cette année 2012 : un remake de Independance Day… dans l’eau. Un blockbuster pour les amateurs d’explosions et d’effets spéciaux donc.

American Pie 4, classique des Teen Movies s’il en est, revient au source. Après plusieurs spin-off, on reprend le casting original et on les fait se retrouver pour voir ce qu’ils sont devenus. Une comédie qui s’annonce donc bien bête comme on les aime.

Contrebande, nous plonge dans l’univers du crime organisé et de la corruption. Mark Wahlberg, va ici devoir s’acquitter de la dette de son frère, s’il veut lui sauver la vie.

Blanche neige et le chasseur, est une des deux adaptations du conte qui va être faite cette année, et qui s’annonce beaucoup plus proche de son univers assez noir. Kristen Stewart, héroïne de la saga Twilight, interprétera le rôle de Blanche Neige, face à une sorcière aux traits de Charlize Theron. Un bon film d’héroïc fantasy en perspective.

Le Lorax est le film d’animation de l’année pour le studio. Après Moi, moche et méchant, qui ne m’avait personnellement pas emballé, le studios parisien Mc Guff se voit confier la tâche de narrer l’histoire d’un enfant qui vit dans un monde entièrement mécanisé. La nature a totalement disparu… ou du moins c’est ce que l’on croit. Notre petit héros va réveiller un animal/gentil-monstre qui va l’emmener vers un monde où tout n’est que verdure. Un mix entre Waterworld et Wall-e donc.

The Bourne Legacy : Pas d’images pour celui-ci, mais juste quelques infos. On apprend seulement qu’il s’agit d’un spin-off dans lequel nous allons suivre un nouvel agent joué par Jeremy Renner, face à vilain Edward Norton. Wait and see…

Disney

Disney est LE studio qui a joué la carte de la confidentialité. En effet, on nous a montré énormément de choses, mais en nous précisant bien « s’il vous plait, n’en parler pas… nous de devrions pas montrer ces images ». Tentative pour créer le buzz ou sincérité ? Quoi qu’il en soit, nous respecterons le secret et ne parlerons donc que de :

John Carter est un blockbuster en 3D qui sortira dans les salles le 7 Mars. Rien ne nouveau, la bande annonce étant déjà disponible depuis un moment. Vous aurez donc remarquer une sorte de mix étrange entre Conan et Avatar. Ce n’est pas trop mon délire, mais il en faut pour tous les goûts hein… (NDLR : Aterraki ? ^^)

Avec Rebelle, on continue dans la 3è dimension, qui semble devenir presque incontournable dans les productions Disney. Plongés dans une ambiance moyenâgeuse, nous suivrons les aventures de la princesse Merida. Clairement pas un coup de coeur, mais après tout pourquoi pas.

On continue en relief avec les cinq premières minutes du Roi Lion 3D, qui ressortira bientôt en salle. Pour être franc, je crois que j’attendais ce moment depuis la démocratisation de la 3D au cinéma, car Le Roi Lion reste mon Disney favori. Et là, petite déception. Je ne sais pas si ce sont mes yeux qui n’ont pas eu le temps de bien s’acclimater aux lourdes lunettes actives mises à notre disposition, ou simplement le souvenir impérissable de la version originale dans mon esprit, mais toujours est-il que je n’ai pas été subjugué. J’irais toutefois le voir, ne serait-ce que par plaisir de le revoir sur un grand écran après tant d’années. (NDR : Moi de même, mon Disney préféré avec Taram et le Chaudron Magique).

Bilan de cette conférence

Un sentiment partagé entre excitation d’avoir vu des choses vraiment bonnes, et déception de ne pouvoir tout révéler. Mais voilà, c’est le jeu et il faut bien l’accepter.
Pour finir, je salue ton courage, toi qui a tout lu pour en arriver jusqu’à ces ultimes lignes, et je remercie grandement Yohann de m’avoir permis d’assister à ce premier opus

À bientôt pour un nouvel article !

CityStars (son Twitter)

Bonus : ce dont on a pas le droit de parler

Dans cet article, CityStars n’avait pas le droit de vous parler du prochain film de Tim Burton après Dark Shadows, de la resortie d’un film Pixar en 3D en 2013, de la sortie d’un film Marvel en 2013, d’un documentaire animalier, de prequel 3D d’un film où l’héroïne n’était plus dans le Kansas et d’un autre prequel d’un Pixar prévu pour juillet 2013. Mais chut ! On ne peut rien dire pour le moment.

Bonus 2 : Les Mondes de Ralph

L’embargo est tombé pour ce film. Le prochain Disney sortira le 5 décembre 2012 et mettra en scène un héros de jeu vidéo ! Voici le synopsis :

Dans une salle d’arcade, Ralph la casse est le héros mal aimé d’un jeu des années 80. Son rôle est simple : il casse tout ! Pourtant il ne rêve que d’une chose, être aimé de tous…
Vanellope Van Schweetz quant à elle, évolue dans un jeu de course , fabriqué uniquement de sucreries. Son gros défaut : être une erreur de programme, ce qui lui vaut d’être interdite de course et rejetée de tous…
Ces deux personnages n’auraient jamais dû se croiser… et pourtant, Ralph va bousculer les règles et voyager à travers les différents mondes de la salle d’arcade pour atteindre son but : prouver à tous qu’il peut devenir un héros… Ensemble, arriveront-ils à atteindre leurs rêves ?

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Trackbacks/Pingbacks

  1. [Critique Reporter] Target | iFan - 12 mars 2012

    [...] chers lecteurs, c’est encore moi. Après une conférence « top secret », me revoilà dans le monde de l’espionnage, puisque je vais vous parler du film [...]

Laisser un commentaire