À propos

L’auteur

Écrivaillon du dimanche, je rends toujours mon avis en retard et j'excelle dans l'autodérision inversée et sinon IRL je me prétends CM.

Critique : Happiness Therapy – Thérapie de (non-)couple ?

Synopsis: La vie réserve parfois quelques surprises… Pat Solatano a tout perdu : sa maison, son travail et sa femme. Il se retrouve même dans l’obligation d’emménager chez ses parents.  Malgré tout, Pat affiche un optimisme à toute épreuve et est déterminé à se reconstruire et à renouer avec son ex-femme. Rapidement, il rencontre Tiffany, une jolie jeune femme ayant eu un parcours mouvementé. Tiffany se propose d’aider Pat à reconquérir sa femme, à condition qu’il lui rende un service en retour. Un lien inattendu commence à se former entre eux et, ensemble, ils vont essayer de reprendre en main leurs vies respectives.

Avis:

Traiter de folie et de la « perte » au sein d’une comédie romantique c’est apparemment assez cliché … et pourtant David O. Russell réussi parfaitement à retranscrire ces   différents états au sein d’une histoire qui sort sans cesse des ressorts classiques des comédies romantiques. En effet Pat (Bradley Cooper qui parle un français excellent, ça n’a rien à voir mais il m’a toujours paru sympathique depuis Alias) est bipolaire (ce n’est pas un grand spoiler c’est expliqué au début ^^), il a perdu les pédales quand il s’est séparé de sa femme (je laisse cette partie de l’histoire dans le flou) et s’est retrouvé 8 mois dans un institut psychiatrique où il fut diagnostiqué.

Le film débute quand il sort de cet institut et ré-emménage chez ses parents et essaie de se reconstruire  reconquérir son ex-femme et c’est en revoyant des anciennes connaissances à lui qu’il va rencontrer Tiffany (« Katniss » Lawrence)  un jeune femme  ayant vécu un deuil et étant aussi dérangée que lui,  il a entre autre la particularité de dire pratiquement tout le temps ce qu’il pense, ce qui dans une société « normale » peut attirer des ennuis.

Dans le registre de la comédie dramatique au relent romantique il y a beaucoup de choix, généralement les postulats sont assez classiques et déjà vu mais ici les personnages sont très bien écrit, la famille de Pat, son père (Robert De Niro), sa mère et même le frère bénéficient d’une écriture fine et leur interprétations sont crédibles et c’est cela qui fait qu’on s’attache à cette famille et plus généralement à tous les personnages. Pat ne sait plus comment communiquer avec sa famille, il rencontre une jeune femme qui ne sait plus communiquer avec les autres. Leur détresse mutuelles est ici crédible et surtout on y croit, rien n’est trop appuyé pour nous tirer des larmes, nous ne sommes pas dans un mélo mais dans un film qui suit ses personnages dans leur reconstructions avec leurs faiblesses et leurs doutes mais qui restent humains. Bien entendu c’est un film qui est censé appartenir au  » registre romantique  » (on cherche toujours à ranger les films dans une catégorie), il suit donc un parcours logique de la rencontre à la sa conclusion en utilisant quelques recettes connues mais il s’en dégage toujours un optimisme qui fait plaisir.

LE gros problème de la comédie romantique (surtout dans ces désastreux essais français, exemple la La Stratégie de la poussette) c’est quelle se repose sans cesse sur ces recettes, n’essaie jamais d’innover et ce dit que de mettre un jolie couple et de la mièvrerie ça suffit pour faire rêver la pucelle (ou la célibataire), qu’il suffit de rajouter une musique de lovers et qu’à la fin, le tout, sera ingéré tranquillement par le consommateur moyen. Bien entendu qu’on cherche une jolie histoire d’amour quand on va voir ce genre de film (et on peut être un garçon et apprécier ce genre, bon on a un petit honte quand même) mais on pas pour fonction d’avaler n’importe quoi, ce qui m’énerve le plus c’est quand sous prétexte de romantisme on est censé excuser tous les clichés imbuvables et les personnages secondaires faire-valoir et les situations grotesques. L’histoire ici est en apparence simpliste mais sa force est de nous faire aimer ses personnages, il y a des scènes attendues mais elles sont toujours amenées avec brio. Les scène de danses par exemples (oui les 2 persos principaux vont devoir danser ^^) crédibles et touchantes. La relation familiale a aussi une importance dans le parcours de Pat, clin d’oeil à Robert de Niro qui cabotine avec brio en père ne sachant pas communiquer avec son fils. L’idée de situer l’action dans un milieu plutôt modeste change des personnages lisses habituels. Mention spéciale à Jennifer Lawrence qui arrive à nous émouvoir, nous amuser, agacer en une seule réplique.

En d’autre termes voici un film rafraichissant, survolté (un peu trop même par moments) qui arrive à nous transporter pendant 2 heures par le biais de personnages remplis de failles mais tellement attachants.

 

Tags: , , , ,

Pas encore de commentaire...

Laisser un commentaire