Des lignes horizontales, cinq silhouettes s’alignent, un nom apparait : Bad Hat Harry Productions. L’un des fondateurs a tiré ce nom d’une réplique des Dents de la Mer. Il s’appelle Bryan Singer. Et c’est en tant que producteur qu’il retrouve ses chers mutants pour X-Men Le Commencement. Est-il arrivé à nous faire oublier les purges qu’étaient X-Men 3 et Wolverine ? Réponse tout de suite.

Aider dans sa tâche par le talentueux Matthew Vaughn, réalisateur du jouissif Kick Ass, le père Singer redonne tout simplement à la saga X-Men ses lettres de noblesse. Ici, pas de multiplication foireuse des mutants et de leurs histoires de cœur. Les intrigues sont nombreuses, mais toutes passionnantes. On apprend bien sûr comment les deux jeunes mutants Charles Xavier et Erik Lehnsherr sont devenus Le Professeur X et Magneto, et accessoirement ennemis. Mais la petite histoire est également liée à la grande puisque le film nous plonge en pleine Guerre Froide et sa fameuse Crise de Cuba.

L’atmosphère très 60′s donne donc un côté kitch bien sympa à ce X-Men. Kevin Bacon en grand méchant fait très « vilain de James Bond » avec son sous-marin et sa belle associée Emma Frost (January Jones). Pour le reste du casting, McAvoy et Fassbender sont réellement excellents mais sont aussi accompagnés d’une belle brochette de jeunes acteurs prometteurs : Jennifer Lawrence (Le Complexe du Castor) en Mystique, Zoë Kravitz en Angel, Nicholas Hoult (Skins) pour jouer le Fauve, etc…

X-Men Le Commencement est clairement l’un des meilleurs films de la saga, très fidèle aux comics et apportant son lot de bonnes surprises aux fans (un énorme caméo qu’on vous a surement déjà spoilé je pense).

Mutants. Et fier de l’être.

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , , ,

  • /2011/10/vs-la-bande-annonce-du-thriller-de-super-heros/ VS, la bande annonce du thriller de super-héros « iFan

    [...] d’un super vilan très très vilain. On y retrouve Lucas Hill, le Havok d’X-Men Le Commencement et James « Dexter » [...]